Voir la circulaire

Plein air

Un nouveau chroniqueur chez Pronature!

Toute l’équipe de Pronature est fière de vous annoncer qu’un nouveau partenaire s’ajoute à l’équipe de Pronature. Il s’agit du photographe de Nature Éric Deschamps. Bien honnêtement, nous avons eu un coup de coeur pour Éric et son travail. Il est passionné et il sait saisir la beauté de la nature. Au cours des prochaines semaines, nous vous ferons découvrir ses photographies et ses vidéos de la faune sauvage ainsi que des magnifiques paysages qu’il a captés durant ses nombreuses expéditions en forêt! Pour débuter, voici donc une courte entrevue d’Éric qui vous aidera à comprendre pourquoi nous sommes tombés sous son charme. Bonne lecture et bienvenue dans l’équipe Éric!

 

«Photographier, c’est donner un sens à ma vie!» Éric Deschamps

 Pourquoi ? Parce qu’un de mes buts dans la vie est d’inspirer les gens de manière positive. En capturant ces instants de magie avec la Nature, j’arrive à y insérer une partie de mon émotion ce qui inspire et sensibilise les gens. Après tout, en tant que photographe de Nature et afin de sensibiliser les gens, il est de mon devoir de saisir la beauté des lieux et des espèces à travers le pouvoir universel de l’image.

 

 

 

Tu as quel âge, où demeures-tu, ta plus grande qualité et ton plus gros défaut?

J’ai 26 ans et je demeure présentement à Cap-Chat en Haute-Gaspésie depuis juin 2016. Je suis natif de la Rive-Sud de Montréal où j’y ai vécu 24 ans. J’ai toujours vécu chez mes parents jusqu’à temps de prendre la décision de déménager en Gaspésie. Je suis quelqu’un de très patient et persévérant, mais qui a tendance à procrastiner (rire).

Es-tu diplômé en photographie ou autres?​

Je n’ai aucune étude officielle en photographie. J’ai acquis mes compétences via mes propres études à la maison. J’ai été à l’UQAM à Montréal pour y compléter un certificat en comptabilité. Par la suite, j’ai entamé un BAC en actuariat que je n’ai pas complété. J’ai plutôt pris la décision de partir à l’aventure en Gaspésie. Fait à noter, je n’ai aucune étude au CÉGEP. Je suis rentré à l’université à l’âge de 21 ans grâce à des lettres de référence.

Depuis quand fais-tu de la photo?

Je fais de la photo depuis mai 2016. Je n’avais jamais touché à un appareil photo de ma vie. Dès les premiers clics, ça a été un coup de foudre. Depuis, je compte plus de 100 000 clics en un peu plus de 1 an. Je fais de la photo et je m’éduque à tous les jours. J’ai la chance d’être un autodidacte et j’en profite au maximum. J’ai eu plusieurs passions dans ma vie, mais la photo est définitivement la plus fascinante et la plus enrichissante. 

Considères-tu ton travail photographique comme étant unique?

Oui sans aucun doute. Et c’est d’ailleurs pour ça que j’ai autant percé en si peu de temps. Pour moi, une photo réussie, est une photo qui laisse passer mes émotions lors de la prise. Une photo qui est capable d’aller chercher des sentiments auprès des gens qui la regardent. La Nature est belle et, grâce à mes photos, j’espère en sensibiliser et en inspirer plusieurs à lui faire le plus attention possible. Respecter la Nature est accessible à tous, c’est seulement une question de vouloir !

Pourquoi es-tu déménagé de la ville pour vivre en région?

La décision de partir en Gaspésie n’était pas fondée sur l’emploi bien au contraire. Je faisais mes études comme tout le monde dans le but de faire mon bout de chemin dans le domaine des affaires. Pourquoi ? Je ne sais pas trop. Peut-être parce que c’est le chemin qui m’était pointé du doigt. Chose certaine, mon BAC en actuariat m’a permis de penser à mon futur à moi personnellement. Il était évident que le domaine des affaires était une voie payante, mais ce n’était pas celle avec laquelle je me sentais le plus moi-même. J’ai donc pris la décision de suivre mon coeur et de vivre pour vivre et non de vivre pour travailler. Depuis, je me suis trouvé un super emploi qui combine très bien avec ma passion pour la photographie. Je peux maintenant dire que je prends le temps de prendre le temps. Je vis ma passion à tous les jours depuis que je suis ici. Quoi demander de mieux ?

Merci beaucoup Éric et longue vie à notre partenariat!